Hyperempathie - se libérer de l'émotions des autres

Hyperempathie : se libérer des émotions des autres

“C’est à la fois un don et une malédiction” (Adrian Monk) : parfaite illustration de l’hyperempathie ! 

L’empathie se caractérise par la faculté d’un individu à « se mettre à la place de l’autre » . Une définition simple pour exprimer un phénomène complexe…

Voyons ensemble comment elle se manifeste sous sa forme la plus exacerbée.

Qu’est-ce que l’hyperempathie ?

Emotions, douleurs, intuition

L’hyperempathie peut être caractérisée par une empathie extrême ; La capacité de ressentir les émotions ambiantes, de notre interlocuteur ou d’un ensemble de personnes. On agit comme un miroir de l’autre.

miroir hyper empathie

D’après Judith Orloff, psychiatre américaine, il existe plusieurs types d’hyperempathes :

  • Kinesthésique : perçoit la douleur physique des autres, se sent dynamisé ou plombé après une rencontre, un échange…
  • Émotionnel : éponge aux émotions ambiantes, détecte et ressent les émotions des personnes avec lesquelles il est en contact,
  • Intuitif : forte intuition, rêves prémonitoires, connexion avec les animaux, les plantes…

Imaginons-nous dans la peau d’un hypersensible empathe de type émotionnel. C’est un exemple parlant dans mon cas car je présente ce trait de caractère !

Ton ami t’annonce qu’il risque de perdre son travail. 

Tu es empathe, comme 80% des gens : Tu es de tout cœur avec lui. Tu imagines le scénario et crée une projection mentale pour envisager ce qu’il doit ressentir. Après ta discussion : bien qu’ayant eu de la compassion pour ton ami, tu fais la part des choses. Cela n’affecte pas ton état émotionnel. 

Tu es hyperempathe : Avant toute réflexion, tu perçois l’angoisse et la peur chez ton ami. Tu es sensible à son verbal (les mots) et très attentif à son non-verbal (position, intonation, mimiques…). Cette angoisse te gagne et tu te sens complètement concerné par son problème, au point de vouloir le solutionner. Après l’entretien, tu te sens toujours anxieux, voire coupable de ne pas pouvoir régler son problème. Tu te positionnes en sauveur et n’arrive pas à te défaire de « tes » émotions. Tu t’es exposé à un « virus émotionnel » est l’a attrapé : on appelle cela la contagion émotionnelle.

Qu’en disent les neurosciences ?

Neurones miroir empathie hyper empathie

Ce n’est qu’en 1873 que la première notion d’empathie apparait. Les chercheurs n’ont donc de cesse de faire évoluer cette notion au fil de leurs découvertes. Ainsi, les neuroscientifiques se sont particulièrement intéressés au sujet en tentant de percevoir les mécanismes à l’origine de ce phénomène.

Des chercheurs italiens ont réalisé plusieurs expérimentations sur des singes. Leur découverte : Si un singe regarde un autre singe saisir une cacahuète, ses neurones moteurs se mettent en action. C’est comme s’il réalisait lui-même l’action.

Ces neurones, situés dans le cerveau, ont la mission d’envoyer les informations de mouvement au corps : bouger le bras, écrire, danser… 

Ainsi, leur étude a permis de mettre en avant une catégorie spécifique de neurones : les neurones miroir. Ces derniers s’activeraient alors lorsque le singe fait l’action, et lorsqu’il aperçoit un autre singe faire l’action. 

De nombreuses études ont été réalisées pour déterminer la présence de ces neurones chez l’Homme. Ainsi, ils seraient à l’origine de la possibilité de se voir à travers l’autre, de se mettre à sa place… 

Cette théorie a cependant été revue. D’autre scientifiques ajoutent que l’individu doit réaliser un important travail mental de représentation et d’imagination pour faire preuve d’empathie. 

Hyperempathie et hypersensibilité ?

Hypersensible, hyperémotif et maintenant hyperempathe : bienvenue dans le monde du superlatif me diras-tu… Alors, quelles sont les différences parmi toutes ces caractéristiques ?

La distinction entre hyperempathie et hypersensibilité est très subtile. Retenons qu’un hyperempathe est forcément hypersensible. En plus d’être attentif aux autres, l’hypersensible empathe doit gérer une sensibilité accrue à ses sens et à ses pensées. 

Cependant, il est possible d’être hypersensible sans être hyperempathe. La personne concernée présentera alors une sensibilité accrue à ses sens, sans pour autant percevoir les émotions des autres.

Enfin, l’hyperémotivité est encore un autre trait de caractère « cumulable » avec l’hypersensibilité et l’hyperempathie. Si tu es concerné par les trois : JACKPOT ! Tu es doté de beaux talents, mais tu dois penser à te protéger pour garder ton équilibre. Ce blog est justement là pour t’aider !

Cadeau empoisonné ou pas ?

Les pièges à éviter

hyperempahie peur

L’hyperempathie demande une forte activité mentale. Elle s’organise en deux étapes : identification de l’émotion de l’interlocuteur, puis l’objectivation de la situation, soit la prise de recul.

L’hyperempathe présente une grande facilité à comprendre les autres, mais peine ensuite à se situer par rapport à eux. Il a tendance à manquer de recul par rapport au monde extérieur. D’autre part, il présente des difficultés à passer à autre chose après l’exposition à des émotions fortes.

Lors de ses échanges, un hyperempathe ne fait qu’un avec son interlocuteur. Sans filtre pour se protéger, il s’expose alors à la surcharge sensorielle. La forte activité mentale associée à une vague d’émotions le sur-stimulent. Résultat : une forte fatigue et un besoin de repli, d’isolement. 

Selon Apfeldorfer, psychiatre et psychothérapeute, les personnes obèses auraient tendance à être hyperempathes. La fusion avec l’autre entraine alors une perte de repère et d’individualité chez l’hyperempathe. Submergé par des sensations qui ne sont pas les siennes, il aurait alors tendance à se nourrir de manière excessive. Une manière pour lui de renouer avec son corps et ses sensations propres. 

D’autres théories défendent qu’en se nourissant des émotions des autres, l’hyperempathe souhaite combler un vide intérieur. Cela pourrait également être un moyen s’oublier soi-même par rejet de soi, de ses propres émotions, ses propres désirs…

Les avantages à développer

soutien hyperempathie

Si l’empathie est indispensable, l’hyperempathie est un atout précieux dans les domaines relationnels ! Que ce soit dans l’aide à la personne, les relations publiques, et même dans la vie quotidienne !

Imagine un instant un thérapeute dénué de toute empathie. Ayant des difficultés à se mettre à la place de l’autre, le thérapeute crée un décalage avec le patient. Il pourrait alors se sentir totalement incompris. Cela nuirait à son évolution et à sa guérison ! Au contraire, ta manière de percevoir l’autre crée un véritable climat de confiance. C’est une porte d’entrée vers la connexion à l’autre, qui offre des relations authentiques !

Cette sensibilité accrue te permet également d’appréhender ton environnement avec grande attention, d’en percevoir les nuances… Elle te permet de cerner directement les intentions des autres, les situations particulières.

Enfin, cette hyperempathie incite à effectuer des actions en faveur des autres ! Touché par les émotions des autres, l’hyperempathe aura tendance à s’investir humainement… Et ça, c’est un bon point pour le monde car il a besoin de cette humanité !

Apprendre à maitriser l’hyperempathie

Si elle est comprise et maitrisée, l’hyperempathie peut s’avérer être un vrai cadeau. Pour éviter de tomber dans ses pièges, il est important d’apprendre à mettre des filtres entre soi et les autres.

protection hyperempathie

Je te livre quelques pistes pour t’aider à te protéger de l’émotion des autres :

  • Différencier ce qui t’appartient de ce qui est à l’autre !

Lorsque l’émotion de l’autre nous affecte dans le temps, nous pouvons nous demander si celle-ci nous appartient ou non. Pour apprendre à faire la différence je te conseille de noter les émotions :

  • Avant ta rencontre, ton rendez-vous…
  • Que tu as pu ressentir chez ton interlocuteur,
  • Après l’entretien

Tout ce qui est apparu après l’entretien correspond à l’état émotionnel de l’autre. Cela ne t’appartient pas, sauf si la situation te concerne directement !

  • Libérer les émotions parasites à travers :
    • Des activités ressourçantes (ballade en nature, art, sport…) 
    • Une discussion avec un ami neutre, dans laquelle tu pourrais exprimer ton ressenti. Ne pas en discuter avec l’ami qui t’a confié avoir des problèmes de travail, cela amplifierait son anxiété.
    • Des exercices de visualisation (effectuer de grandes expirations en imaginant que les émotions sortent par le souffle, par exemple) 

J’espère avoir pu t’aider dans la reconnaissance de ton hyperempathie ! Si le doute persiste toujours, je t’invite à télécharger le test réalisé par Judith Orloff ! 

Téléchargement

Si tu souhaites apprivoiser tes émotions, apprendre à poser tes limites et améliorer tes relations aux autres, rendez-vous ici !

Tu sens que tu as besoin d’un coup de pouce, d’écoute, et d’exercices sur-mesure, découvre ma proposition d’accompagnement individuel !

Et toi, comment se manifeste ton hyper empathie ?

Si ce n’est pas encore fait, je t’invite à suivre Talent Hypersensible sur Facebook et Instagram !

Sensiblement,

Un commentaire pour “Hyperempathie : se libérer des émotions des autres

  1. Je suis avec mon ami depuis 11 ans, à chaque fois qu’il a mal au dos ou a des migraines, j’ai aussi les même douleur de mon côté et inversement si j’ai mal il a les même douleur là où il est. Comment faire pour se libérer de ça et pouvoir soutenir l’autre dans ces moments là. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
Donec Aliquam ut risus. libero efficitur. ultricies Praesent eleifend