femme sur rocher dépassement de soi

Hypersensible : pourquoi tu n’oses pas sortir de ta zone de confort ?

« La vie débute hors de ta zone de confort ».

Un proverbe qui résume à lui-même le concept de la zone de confort, et l’impact que celle-ci a sur notre vie. S’il est très simple à lire ou à écrire, il est cependant difficile à expérimenter. 

En tant qu’hypersensibles, nous avons un fort besoin de sécurité et de calme pour nous ressourcer et pallier aux montagnes russes émotionnelles de notre quotidien. Dans cet article, tu découvriras pourquoi tu as du mal à sortir de ta zone de confort. En prime, je te livre des conseils pour vivre une vie à la hauteur de tes talents, de ta sensibilité… A ta hauteur.

De la zone de confort à la zone d’apprentissage

Zone de confort : la prison dorée

La zone de confort est un état psychologique dans lequel une personne se sent à l’aise. Elle offre le sentiment de garder le contrôle de la situation en éprouvant un faible niveau de stress et d’anxiété.

Elle présente certains avantages : 

  • Aisance
  • Performance constante
  • Connaissance et anticipation des évènements récurrents,
  • Maîtrise…

Mais aussi des inconvénients de taille :

  • Baisse de vigilance,
  • Ennui,
  • Stagnation : pas d’évolution, de de progression
  • Aucune découverte
  • Sentiment de passer à côté de sa vie
  • Dévalorisation de soi, entretien des croyances limitantes « je ne suis pas capable »

Le cerveau est fainéant et adore se reposer sur ses acquis… Il incite plutôt à trainer sur le canapé plutôt que de mettre des baskets pour aller courir. Et pourtant, une course à pieds apporterait une sérénité psychologique, une détente, une amélioration conditions physiques…

Pour la zone de confort, c’est la même chose. Le cerveau préfère s’ennuyer dans ce qu’il connait, plutôt que s’exposer à une situation nouvelle, qu’il ne maitrise pas. Quand il y pense, il passe en mode panique : « Et si… Et si… », en imaginant bien souvent le pire plutôt que le meilleur…

Zone d’apprentissage : inconfort et découverte

Schéma zone de confort zone d'apprentissage

La zone d’apprentissage se situe entre la zone de confort et celle de panique.

Elle correspond à un espace dans lequel l’activation est suffisamment présente pour nous stimuler, sans nous surexposer au stress. Le chercheur A.K. White parle alors de Zone de Performance Optimale.

Pour y parvenir, cela demande un certain effort, et implique une légère « mise en danger » : 

  • Risques d’erreur,
  • Méconnaissances,
  • Incertitudes
  • Conscience d’être temporairement « incompétent »
  • Augmentation du niveau de stress

Mais derrière ces difficultés, se présentent de nombreux avantages :

  • Découverte de nouvelles situations,
  • Augmentation de l’attention et de la concentration,
  • Élargissement des compétences et connaissances,
  • Amélioration la confiance et l’estime de soi,
  • Ouverture à de nouvelles opportunités,

Une fois cet effort effectué, et les bénéfices retirés, un sentiment de fierté se fait sentir. Tu peux te féliciter d’avoir osé, et de te permettre d’évoluer ! 

Zone de panique : la sonnette d’alarme est tirée

Attention cependant à ne pas trop s’en demander. Lorsque l’on rejette son hypersensibilité, il est tentant de s’imposer un rythme effréné pour se prouver que l’on n’est pas différent des autres. Que l’on est tout aussi fort, persévérant, battant… 

On s’en demande toujours plus sous prétexte que se reposer, « c’est faire preuve de faiblesse ».

Je suis passée par ce stade. Depuis toute petite, j’ai tendance à dépasser ma zone de confort pour passer en zone d’apprentissage. Par des choses simples, je me suis moi-même exposée à l’inconfort : passer la première pour un exposé, poser une question lors qu’une conférence, me rendre seule à un rendez-vous professionnel complexe… Ce sont des choses qui m’ont fait énormément grandir et dont je suis fière.

Le problème, c’est que lorsque tu t’exposes au stress de manière constante, ton corps en pâtit. Dans mon cas, il me l’a bien fait savoir par des maux de tête, de dos, une forte fatigue, un manque de concentration… A l’époque, j’avais caché tout cela sous le tapis. Quand un symptôme se frayait un chemin, je prenais un médicament. 

Quelques mois plus tard, en partie à cause de ce comportement autodestructeur : j’ai fait un burnout

Si tu as tendance à trop t’en demander, je te conseille de prendre le temps de te demander pourquoi ? Pourquoi es-tu prêt à te négliger et à te maltraiter ainsi ? 

Pourquoi est-ce si compliqué pour un hypersensible ? 

Connexion cerveau hyperstimulation

Revenons-en à notre zone de confort, et aux hypersensibles qui « n’en font pas assez ». Tu l’auras compris, sortir de sa zone de confort implique de s’exposer temporairement au stress. Qu’on soit clair : la position est inconfortable. Et c’est bien pour ça que nombreux sont ceux qui ne font sautent pas le pas, quitte à vivre une vie plate et dépourvue d’aventures…

Comme détaillé dans cet article, l’hypersensibilité se caractérise en partie par l’hyperstimulation. Pour une sollicitation égale, les personnalités hypersensibles se trouvent plus stressée, anxieuses et fatiguées.

Cette stimulation est tout à fait naturelle : c’est un phénomène qui éveille le système nerveux, qui attire son attention et incite une mise en mouvement.

Les personnes hypersensibles sont particulièrement sensibles à leur environnement : elles captent et traitent de nombreuses informations. Au cours de la journée, elles s’exposent à des stimulis de toutes sortes : bruits, odeurs, souvenirs, projections… Chacun d’entre eux influent sur notre niveau d’activation et demandent un effort à notre corps pour le supporter.

Lorsque le seuil de tolérance (de son nom scientifique « inhibition transmarginale ») est atteint, le moindre petit stimulus peut être la goutte qui fera déborder le vase. On passe dans une stimulation excessive. Le cœur s’emballe, le cerveau patauge, les maints tremblent… le stress et l’anxiété nous gagnent.

Cette hyperstimulation, tous les hypersensibles la connaissent, et la redoutent.

Et parce qu’elles la redoutent, elles peuvent avoir tendance à éviter les situations qui pourraient la déclencher. Cela implique donc de rester dans sa zone de confort. Cet espace si rassurant, apaisant… dépourvu de toute nouveautés, de toute surprises, même les meilleures.

Conseils pour passer de zone de confort à zone d’apprentissage

escargot dépassant un obstacle

La zone de confort s’apparente à une prison dorée. Une prison qui se referme peu à peu sur son détenu : moins on s’expose à la stimulation, plus on vit mal lorsqu’elle se présente.

Se surprotéger rend toute nouvelle expérience encore plus éprouvante, effrayante.

A l’inverse, sur surexposer maltraite le corps et l’esprit et peut avoir des conséquences désastreuses…

Mais comment trouver l’équilibre ? 

Prépare-toi à la réponse la plus Suisse de toute l’histoire : ça dépend. Ça dépend de la personne, du moment, des circonstances… Ne me remercie pas pour ce précieux conseil, c’est cadeau.

En réalité, la clé pour trouver l’équilibre, c’est d’expérimenter. Comme je me plais souvent à le dire : « l’équilibre est une succession de déséquilibres ». En te fixant des challenges réguliers, tu explores ta résistance à la stimulation, et de découvre ta zone de performance optimale.

On appelle aussi cela l’accoutumance. Ce qui activait ton système nerveux auparavant ne t’affecte plus désormais, car tu t’y es habitué.

Si tu as tendance à trop t’exposer, apprends à te connecter à ton corps. Tu te rendras compte qu’il t’envoie des signaux réguliers pour t’aiguiller. Je t’invite à prendre de la hauteur et à t’accorder des pauses, du repos, de la solitude. C’est un passage obligé pour permettre à ton corps et à ton esprit de se régénérer. 

Si tu as tendance à te surprotéger, je t’invite au contraire à te fixer des objectifs quotidiens. Des objectifs à ta portée, réalisables et flexibles selon ta situation, ton état. Pas besoin de prévoir un saut en parachute ou un concert de hard rock… Cela peut être simplement d’aller à une fête, de parler en public, d’oser exprimer ton opinion sur un sujet… 

Le clé, c’est de toujours respecter ses besoins.

PS : je t’invite à regarder cette vidéo qui illustre parfaitement cet article !

Sensiblement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
luctus dolor odio risus amet, leo. libero eget mattis in