zebre hypersensible ultrasensible haut potentiel surdoué

Hypersensible, ultrasensible, zèbre, haut potentiel, surdoué… Et moi là-dedans ?

Si tu t’interroges sur ton mode de fonctionnement émotionnel et intellectuel, tu as certainement découvert un monde empli de synonymes incompréhensibles. Hypersensible, ultrasensible, zèbre, haut potentiel, surdoué, précoce… Autant de mots qui créent un véritable flou artistique… 

Comme toi en ce moment, je suis passée par là. J’ai commencé à me documenter pour tomber chaque fois sur de nouvelles dénominations, dans lesquelles je me retrouvais. Moi qui ne savais plus qui j’étais, j’avais l’impression d’être 50 choses à la fois… Et cela ne m’a pas vraiment aidé.

Presqu’un an après la découverte de ces termes, et au fil de mes expérimentations, j’ai appris à identifier ces mots, à comprendre ce qu’ils renferment. Je te dis tout… 

Appelons un chat un chat…

Hypersensible ou ultrasensible ? 

bonhommes en bois problème question puzzle

Les personnalités hypersensibles représentent environ 20% de la population.

Elles se caractérisent par 4 grandes particularités : 

  • Sensorielle : exacerbation des 5 sens, comme si le corps n’était pourvu d’aucun filtre protégeant des stimulations extérieures,
  • Émotionnelle : forte réactivité émotionnelle, l’impression de tout prendre « en plein cœur »
  • Intuitive : les hypersensibles sont guidés par leur cœur, ils sont comme « en connexion » avec ceux et ce qui les entourent, ce qui les amène souvent à « ressentir » les choses, avant de les intellectualiser, 
  • Cognitive : les neurosciences ont mis en avant une forte connectivité neuronale chez les personnes hypersensibles ; les informations fusent, s’associent, se confrontent…

Si tu souhaites en savoir davantage, j’ai détaillé l’ensemble de ces caractéristiques dans cet article ! 

Le terme « ultrasensible » a été mis en avant par Saverio Tomasella  (psychanalyste) et Charlotte Wils (auteure du livre « Itinéraire d’une ultrasensible » et coach parisienne spécialisée en hypersensibilité). A travers leurs collaborations, ils mettent en avant qu’un « ultra-sensible » est un hypersensible hyperempathe. 

C’est alors une personne dotée d’une sensibilité émotionnelle et sensitive forte, accompagnée de fortes capacités à ressentir les émotions et énergies des autres.

J’avais d’ailleurs développé le sujet de l’hyperempathie par ici !

Comment savoir si je suis hypersensible / ultrasensible ? 

Questionnaire check-list hypersensibilité

A ce jour, il n’existe aucun test officiel permettant « d’officialiser » l’hypersensibilité.

Cependant, les chercheurs dans le domaine œuvrent pour créer des questionnaires qui permettent déjà de donner de bonnes pistes. 

Parmi eux, Élaine Aron, précurseur dans les recherches sur l’hypersensibilité, a proposé un questionnaire dans son livre « Hypersensible : mieux se connaitre pour mieux s’accepter ».

Tu peux le télécharger par ici :

Téléchargement

Le zèbre

zèbre surdoué précoce haut potentiel  hypersensible image de zèbre

Parlons vocabulaire ! 

A ce jour, les scientifiques mettent en avant que les personnalités présentant un « haut potentiel » représentent environ 2% de la population. Ce résultat reste cependant hypothétique dans la mesure où de nombreux « haut potentiel » s’ignorent, et ne peuvent donc pas être recensés.

Les termes sont nombreux pour désigner ceux dont le Q.I est supérieur à 130 (nous verrons quelques réserves dans la suite de l’article…).

Il y a encore quelques années, on parlait de « précoces », dans le sens où les enfants apprenaient « plus vite » que les autres. Le hic, c’est que quand tu es adulte précoce, ça n’a plus réellement de sens…

Les spécialistes ont ensuite parlé d’enfants et d’adultes « surdoués », mettant en avant qu’ils seraient ainsi « plus doués » que les autres. Le préfixe « sur » peut appuyer le côté supérieur, excessif… Cela peut laisser entendre « je suis plus intelligent que toi », ça n’aide pas à accepter cette différence et à en parler.

Plus mesuré, le terme « Haut Potentiel » a fait son apparition : il est intéressant car met en avant une potentialité, une prédisposition qu’il convient d’exploiter, plutôt qu’un don, un cadeau du ciel qui ferait que tout nous réussit. Il semblerait d’ailleurs plus juste de formuler « J’AI un haut potentiel » plutôt que ‘JE SUIS haut potentiel ».

Enfin, à l’aube des années 2000, le terme « zèbre » est apparu. Surprenant…mais pas tant que ça. Le zèbre ressemble beaucoup au cheval, mais présente ses propres particularités. A la fois, on le remarque pour ses rayures, et, paradoxalement, elles lui servent aussi pour se fondre dans la savane. Cet équidé est aussi un animal inapprivoisable, libre, et particulièrement aimant avec ses pairs. Tu vois le lien désormais ? 

Finalement, qui est ce fameux zèbre ?

photo zèbre couché de soleil

Précoce, surdoué, haut potentiel, zèbre… En réalité, il s’agit de nombreux mots pour désigner la même chose : une personnalité dotée d’un Quotidien Intellectuel supérieur à 130 et d’une personnalité « atypique » en sentiment de décalage constant.

Selon certains psychologues, il existerait deux types de surdoués : 

  • Le laminaire : analytique, scientifique, avec une orientation « hypo-émotion » (qui se coupe de son monde émotionnel) au profit du mental et de la sur-efficience. 
  • Le complexe : émotif, intuitif, créatif, avec une orientation « hyper-émotion » (les émotions prennent le dessus et « occultent » la partie mentale).

Cette deuxième catégorie te rappelle quelque chose ? Selon moi, c’est ce deuxième type, sa rapprochant fortement de l’hypersensibilité, qui a créé l’amalgame zèbre / hypersensible.

Pour clarifier : tous les zèbres ne sont pas hypersensibles, et tous les hypersensibles ne sont pas zèbres non plus. On peut être l’un, l’autre, ou les deux.

Comment savoir si je suis zèbre, haut potentiel, surdoué… ? 

homme qui réalise un test QI

Le seul moyen de poser un « diagnostic » est de recourir à un test de Q.I (Quotient Intellectuel). Ce dernier est payant (entre 200€ et 400€) et s’effectue auprès d’un psychologue compétent et formé.

Généralement, le processus se fait en 3 étapes :

  • 1er rendez-vous pour évaluer la pertinence ou non de passer le test,
  • Passage du test,
  • Rendez-vous de passation – explication des résultats (car ce test ne se résume pas à un chiffre, il est une clé de lecture de ton fonctionnement – d’où l’importance de le passer auprès d’une personne qualifiée pour interpréter tes résultats).

Le test se découpe en 4 subtests : indice de compréhension verbale, indice de raisonnement perceptif, mémoire de travail et indice de vitesse de traitement.

J’ai moi-même passé ce test cette année, je pense que je ferai un article ou un IGTV sur Instagram pour parler de ce sujet !

Et finalement, qu’est-ce que ça change de savoir si je suis ultrasensible, zèbre, haut-potentiel, surdoué… ?

Lorsque l’individu est dans une quête identitaire, les tests peuvent se révéler d’une aide précieuse dans la connaissance de soi.

Quel que soit le test passé, hypersensible ou haut-potentiel, ce n’est finalement pas le résultat qui compte, mais les éclairages qu’il apporte sur ton mode de fonctionnement.

Certes, mettre un mot sur des années de questionnements et de sensations de décalage est très libérateur. Je dis souvent que les étiquettes peuvent avoir du bon quand elles nous offrent des réponses identitaires. La clé est alors de ne pas s’y enfermer… 

puzzle pièces de couleur

Imaginons que chacun d’entre nous est un puzzle fait de pièces de couleur. Découvrir ton hypersensibilité ou ta douance te permet alors d’ajouter un morceau à ton puzzle, mais n’explique pas tout, ni ne te définit pleinement.

Ajouter cette pièce te permet d’avoir plus de recul, et d’entrevoir le dessin du puzzle dans son intégralité…

Le test est un POINT DE DEPART, et non un POINT D’ARRIVEE ! 

Si tu souhaites être accompagné dans ce cheminement vers l’acceptation de ton hypersensibilité, contacte-moi par ici !

Sensiblement,

Anaïs Landrieu Facilitatrice en intelligence émotionnelle spécialisée dans l'hypersensibilité talent hypersensible

8 commentaires pour “Hypersensible, ultrasensible, zèbre, haut potentiel, surdoué… Et moi là-dedans ?

  1. Très bon article ! Il est très intéressant de savoir dans quelle « case » on se situe et de faire un test aide grandement à y voir plus clair. Je suis tout à fait d’accord avec le fait que c’est un point de départ et non d’arrivée.

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire !
      Les « cases » ou « étiquettes » sont souvent pointées du doigt… Mais comme tu dis, savoir se positionner aide à mieux se comprendre et donc, à s’accepter. Il suffit juste de ne pas s’y enfermer… Les résultats de tests sont en effet des pistes à suivre et non des lignes d’arrivée ! Belle journée !

  2. Hello ! Un très beau sujet, dont tu parles très bien.😍 C’est vrai que, surtout ces dernières années, de nouvelles expressions ont vu le jour, avec de nouveaux termes comme les HP, les hypersensibles, zèbres ….Et là tu les décris très bien. C’est super de revenir sur les définitions car beaucoup de personnes s’y perdent (et j’en vois beaucoup en tant que thérapeute en cabinet). C’est vrai aussi, et c’est super, que ces dernières années sont sortis de très bon livres sur le sujet qui expliquent et déculpabilisent les personnes qui se sentent différentes….Il ne faudrait pas oublier que tous ces termes renvoient à des qualités, et non pas à des défauts…😍😍

    1. Merci beaucoup La Fée du Green !
      J’étais moi-même perdue à l’époque avec cette effusion de synonymes…
      En effet, nous entrons dans une ère où la différence commence à être acceptée plutôt que pointée du doigt, une ère dans laquelle les nouveaux parents sont davantage sensibilisé à l’accueil des émotions de leurs enfants, de leur prochain… C’est une belle avancée marqué par la sortie de nombreux ouvrages, interviews, vidéos…
      Tout à fait – ce sont des particularités, des traits de caractère. Il convient à chacun d’apprendre à les apprécier et découvrir le potentiel qu’elles offrent… Belle journée !

  3. Hello, merci beaucoup pour cet article clair, simple mais bien détaillé. Je sais, je « sens » depuis tjrs que je suis différente des autres, qu’il y a quelque chose de différent en moi, sans avoir fait de diagnostic. Ton article me confronte à beaucoup de particularités me caractérisant, mais j’avoue ne pas oser faire le test, ni en avoir les moyens (y a-t-il des aides ?). Je crois avoir peur d’être déçue, dans le sens où si le résultat n’est pas celui espéré je ne saurai alors pas ce qui « cloche » chez moi.

    1. Coucou Valentine, et merci beaucoup pour ton commentaire !

      Ce sentiment de décalage, de « sentir » les choses différemment est une des manifestations de l’hypersensibilité, généralement partagé par les hauts potentiel… Cela ne facilite pas la détection de l’un ou l’autre !

      Je te conseille de te rapprocher de différents psychologues, et voir avec eux s’ils proposent des facilités de paiement ou réduction. Personnellement, la psychologue chez qui j’ai réalisé le test de QI proposait une réduction pour les étudiants et demandeurs d’emplois. J’avais payé moins de 200€ pour les 3 rendez-vous de ce fait (180€ il me semble, payé 3 fois).

      Je te conseille de prendre le temps qu’il te faut pour te sentir prête. Je te comprends car j’ai moi-même été terrifiée à l’idée de faire le test. J’avais peur de me sentir nulle si je n’étais pas détectée HP, et d’avoir l’impression d’avoir fait tout ça pour rien, de recommencer ma quête identitaire à zéro… J’ai mis plus de 6 mois pour me décider à le passer…

      J’ai attendu car j’avais peur et je me sentais illégitime. Je vacillais entre « Je m’y retrouve, j’ai envie de faire le test » et « Mais qui es-tu pour penser que tu puisses être HP ? Tu rêves ! »

      J’ai également profité de ces mois pour changer mes croyances sur le sujet. Je me suis conditionnée à ne pas trop attendre de ce test, de le voir comme une clé de lecture plus que comme une révélation de qui je suis. Le premier rendez-vous avec la psychologue m’a également beaucoup aidé car nous avons discuté de mes peurs, de ma vie, mon fonctionnement. Ce RDV sert également à étudier la pertinence ou non de réaliser le test. Ainsi, si lors du RDV la/le psy se rend compte que tu ne présentes pas les caractéristiques, le test n’est pas passé et tu payes donc uniquement ta 1ère consultation. Du moins, c’est comme ça que fonctionne la mienne mais je pense que chacun a son propre fonctionnement.

      En tout cas, les résultats m’ont beaucoup aidé à me comprendre. J’ai levé le voile sur beaucoup de croyances et de doutes que j’avais accumulés depuis toute petite… Mon QI s’est avéré hétérogène, et la psy a conclu un profil Haut Potentiel Spécifique (sur un domaine en particulier). Je me suis sentie soulagée d’avoir une réponse (même si elle n’était pas un simple « oui » ou « non ») et surtout, très fière d’avoir osé sauter le pas. Ainsi, j’ai ajouté une pièce à mon puzzle, mais je sais que ce résultat ne résume pas qui je suis !

  4. je trouve ton article très intéressant, pour ma part je suis une personne sensible, peut-etre même hypersensible. Et c’est vrai que lorsqu’on est plus sensible que les autres c’est parfois déstabilisant mais comme tu dis comprendre comment on fonctionne ca permet de mieux appréhender certaines choses et parfois aussi apprendre à se protéger :), je vais lire ton article suis-je hypersensible, je suis curieuse haha

    1. Coucou Florence ! Merci pour ton commentaire. Les différences sont bien souvent déstabilisantes, en découvrant ce qu’elles nous apportent, cela permet de les valoriser ! N’hésite pas à réaliser le test d’hypersensibilité, et à me tenir au courant des résultats, moi aussi je suis curieuse ! Belle soirée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
eleifend fringilla ultricies tempus risus elit. Lorem at adipiscing