homme fatigué dans les bois hyper stimulation

L’hyperstimulation chez les hypersensibles

Il suffit parfois d’un bruit, d’un mot, d’une sensation de trop pour que tu perdes les pédales. Puis, tes émotions prennent le dessus : colère, tristesse, peur… Il se peut que tu n’aies plus les idées claires ; te concentrer est impossible. Tu t’agaces, ou tu te renfermes sur toi. Tu es en hyperstimulation.

Les personnes hypersensibles sont marquées par l’absence de filtre aux niveaux cognitif, émotionnel et sensoriel. Notre cerveau est facilement enseveli d’informations ; nos 5 sens sont hypersollicités ; nos émotions, omniprésentes… Tout ce qui nous effleure, nous touche en réalité de plein fouet. Notre corps réagit donc en fonction de toutes les informations qu’il capte au quotidien. Et lorsqu’il ne sait plus quoi faire : il passe en hyperstimulation.

Qu’est-ce que la stimulation ?

orage hyperstimulation

D’après Elaine Aron, la stimulation est un « phénomène qui éveille le système nerveux, attire son attention, incite les nerfs à envoyer une volée de décharges électriques ». 

En termes plus scientifiques, il s’agit de l’activation du système nerveux sympathique, on parle alors également d’hyper-activation.

Cette stimulation varie en durée et en intensité. Ce qui est important à retenir est que chaque personne possède son seuil optimal de stimulation. Lorsqu’il est dépassé, on passe en « hyperstimulation ».

Chez les hypersensibles, dont le cerveau et les sens traitent et analysent de nombreux stimuli, l’hyperstimulation est un phénomène récurrent. Ainsi, ce qui peut paraître anodin pour ton entourage, comme prendre un bain de foule, peut-être une véritable source d’hyperstimulation pour toi.

Mais au-delà des circonstances externes (bruits, lieux…), l’hyperstimulation prend aussi naissance à partir de circonstances internes : pensées, émotions, souvenirs, douleur, désir… Dans ce cadre, et compte tenu de la richesse de notre monde émotionnel, imaginaire, et cognitif : les stimulations sont nombreuses au quotidien.

Comment reconnaitre l’hyperstimulation ?

femme hyperstimulation

La stimulation a pour objectif de mettre le corps en action face à un danger : fuir ou combattre (« flight or fight »). Pour ce faire, le corps se met en conditions : dilatation des bronches, accélération de l’activité cardiaque et respiratoire, augmentation de la tension artérielle, dilatation des pupilles, augmentation de la transpiration, diminution de l’activité digestive…

Plus la stimulation est forte et/ou longue, plus les symptômes se font sentir.

D’autre part, ils peuvent intervenir en dehors de toute situation jugée « stressante » pour le commun des mortels. Si tu as eu une dure journée, emplie de stimulations en tous genres, il suffit parfois d’une pensée ou d’un évènement mineur pour déclencher le processus d’hyperstimulation. 

C’est une situation délicate car, bien souvent, sans cause apparente, nous avons tendance à nous juger de ressentir ces symptômes inexpliqués. « Je suis toujours anxieuse pour rien, je dois avoir un problème, je ne suis pas normale… ». Des pensées qui, tu l’imagines bien, alimentent le cercle vicieux et active encore davantage ton système nerveux.

Si la stimulation est vraiment trop forte : tu peux atteindre le « seuil de fermeture ». Il s’agit d’une réaction brutale suite à une exposition trop forte à la stimulation. En d’autres termes, tu craques émotionnellement et/ou physiquement : colère, pleurs, crise d’angoisse…

Comment trouver son seuil d’activation optimal et éviter l’hyperstimulation ?

homme pêcheur en équilibre éviter hyper stimulation

« Plus vous devenez habile à reconnaitre et évaluer le niveau d’activation physiologique de votre propre corps, plus vous serez capable de réguler ce niveau d’activation. »

(Rotschild, 2006, 103). 

Tout l’enjeu de la personne hypersensible est de trouver son seuil d’activation optimal : suffisamment stimulé pour vivre une vie épanouissante, sans tomber dans le « trop » et toucher du doigt l’hyperactivation.

Un paramètre à prendre en compte : ta tolérance à la stimulation est en mouvement perpétuel. Il se peut que ce qui te stimulait auparavant n’a plus d’effet sur toi (on parle d’accoutumance). Il se peut au contraire, que ce qui te stimulait peu à désormais l’effet d’une bombe !

Pour (re)trouver ton équilibre, il convient d’abord d’analyser ton propre fonctionnement. As-tu tendance à te surprotéger par peur d’être hyperstimulé ? Au contraire, as-tu tendance à te surexposer pour (te) prouver que tu es « aussi résistant que les autres » ? Il ne s’agit pas de se juger, mais simplement d’observer.

En fonction de ces observations, tu peux alors mettre en place des stratégies pour t’approcher de ton seuil optimal. Bien entendu, cela demande du temps. Pour parvenir à cet équilibre, tu risques de basculer de l’hypo à l’hyperstimulation. La clé est de rester mesuré et d’y aller pas à pas.

Quelques conseils pour trouver ton seuil de stimulation idéal…

jeune femme heureuse

En fonction de tes habitudes, il convient de t’exposer ou de te préserver. Je te propose plusieurs pistes à explorer pour t’approcher d’une stimulation juste, et tolérable.

  • Développer ta conscience corporelle pour être attentif aux signaux que t’envoie ton corps

Tu peux par exemple trouver une activité physique qui te demande une grande concentration sur tes sensations, et sur ton souffle : yoga, tai-chi, qi-gong… Mais bien entendu, si tu n’es pas à l’aise avec ces pratiques, libre à toi de trouver ce qui te convient. Cela peut être de la danse, de la marche en pleine nature… Privilégie des activités douces.

  • Développer ta conscience émotionnelle

Chez les hypersensibles, la stimulation émotionnelle représente une grande part de la stimulation générale. Une des clés pour une existence plus sereine, est de te réconcilier avec tes émotions pour limiter leurs effets « indésirables » et stimulants. Pour y parvenir, il convient de comprendre ton fonctionnement émotionnel, d’accueillir et d’exprimer tes émotions… (Etant donné qu’il s’agit du premier pas en faveur de l’acceptation de ton hypersensibilité, j’ai créé le programme Sérénité Emotionnelle qui œuvre pour te réconcilier durablement avec tes émotions !).

Si tu as tendance à éviter la stimulation, je te conseille de poser des actions pour t’exposer à des situations nouvelles. Avance à ton rythme, pas à pas. Et bien entendu, il s’agit de ton référentiel, peu importe ce qui stimule la plupart des gens ou pas. S’il s’agit de demander l’heure à un inconnu ou prendre la parole en réunion : c’est un grand pas en avant ! A l’inverse, si tu dois apprendre à te préserver, travaille sur l’acceptation de tes limites et l’auto-bienveillance !

Parce que nous sommes quotidiennement stimulés, et d’autant plus que les 80% de la population, le repos doit prendre une place de choix dans notre vie. A la fois, il se doit d’être de qualité (sommeil réparateur, relaxation, détente…) et en quantité suffisante (dormir suffisamment la nuit, s’accorder des siestes après des activités stimulantes)…

Plus qu’à passer à l’action…

Tu as maintenant les pistes à explorer pour redécouvrir ton rapport à la stimulation, et te rapprocher d’une existence plus sereine au quotidien. 

Tu peines à passer à l’action ? Réserve dès maintenant ta séance découverte de coaching sur-mesure ! 

Tu préfères avancer en solo, avec une supervision par message ? Le programme Sérénité Emotionnelle – 4 semaines pour découvrir, accueillir et apaiser tes émotions – est fait pour toi ! 

Sensiblement,

Anaïs Landrieu, Coach pour personnes hypersensibles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
Aenean Aliquam risus risus. non massa neque. Lorem in nunc