overthinking je pense trop ruminations

Je pense trop : en finir avec les ruminations mentales

Bienvenue dans mes ruminations : « Pourquoi j’ai réagi de cette manière toute à l’heure ? Je me suis donnée en spectacle devant tout le monde. J’ai honte de moi. Après tout, c’est de leur faute, ils m’ont blessée. Où est-ce moi qui dramatise encore ? Suis-je égoïste ? De toute façon s’ils ont agi de la sorte, c’est qu’ils ne m’aiment pas. Et s’ils avaient raison de ne pas m’aimer ? Suis-je une mauvaise personne ? Je me sens rejetée, j’ai une boule au ventre… »

Tu viens de pénétrer quelques instants dans le cerveau d’un(e) overthinker. Loin d’être agréable, n’est-ce pas ? Désormais, imagine que cette personne vit ce dialogue intérieur sans aucune trêve. Glaçant.

Suis-je overthinker ?

« L’overthinking » ou « trop de pensées » a été découvert par Susan Nolen-Hoeksema (USA).

Elle caractérise ce syndrome par une étude constante de ses propres émotions, sentiments et pensées personnelles. L’individu décortique sans cesse son passé, et appréhende son futur.

En plus de cette tendance à sur-étudier ce qu’il se passe en lui, l’overthinker est en manque total de certitudes. Il est en questionnement incessant, il remet tout en question, toujours. Son monde intérieur est totalement instable, ce qui l’angoisse. Chaque pensée génère des doutes et crée un sentiment profond d’anxiété. Ce sentiment d’anxiété va lui-même générer des pensées angoissantes. C’est le serpent qui se mord la queue…et ça fait mal !

Aussi, la difficulté lorsque tu es enclin à trop penser, est que ce mécanisme peut se manifester à tout moment. Il suffit d’un micro-signe, d’un simple évènement pour que l’overthinking prenne place. Il génère alors une remise en question de ton couple, ton environnement professionnel, familial… Inconsciemment, tu interceptes des informations qui vont relancer ce débat intérieur.

Pensant t’aider, ton entourage risque gentiment de te faire remarquer : « Tu penses trop, tu te poses trop de questions… ». Mais ça, tu le sait, tu as eu tout le temps d’y penser !

Atelier apaiser mon mental envahissant : réorganiser ses pensées et en finir avec les ruminations

Causes et conséquences des ruminations mentales

Pensées « arborescentes » : une idée en amène une autre

D’où viennent ces ruminations ? 

Tout d’abord, rappelons que la rumination mentale est un processus naturel. Elle permet, d’après le psychologue Boris Charpentier, d’éviter le danger. Elle devient donc problématique lorsqu’elle devient récurrente et négative.

L’overthinking trouve son origine au plus profond de l’individu : ses peurs, le manque de confiance en soi, une image de soi fantasmée et en décalage avec la réalité.

D’après le Dr Aimelet-Périssol. «Ce sont surtout des personnes qui n’ont pas été confrontées à la réalité, des idéalistes en quelque sorte. Elles regardent la vie non telle qu’elle est, mais telle qu’elle devrait être (…) Elles s’imaginent mieux ou moins bien que ce qu’elles sont réellement ».

On retrouve ici des traits propres aux personnes hypersensibles : idéalistes, avec une faible estime d’eux même et, parallèlement, un besoin de perfection extrême.

D’autres causes sont évoquées dans les études sur le sujet, avec des points de vue divergents : 

  • Le manque de valeur de la société : une pression sociale forte pour être/avoir le meilleur, ce qui entraine une remise en question permanente,
  • L’hypersensibilité (hyperesthésie) – Je précise qu’être sujet à ces pensées envahissantes ne signifie pas être hypersensible. L’hypersensiblité peut augmenter les risques de ruminations mentales. Si tu doutes toujours de ton hypersensibilité, je t’invite à lire cet article et à réaliser le test que j’y propose !
  • Sur-douance (3 à 5% de la population) – n’hésite pas à te rapprocher d’un professionnel pour établir un diagnostic
  • Une « culture du nombril » qui pousse les individus à être parfois trop proches de leurs émotions. Mon avis est plus partagé sur ce point, notamment en ce qui concerne les personnes hypersensibles, ayant ce rapport à leur monde intérieur depuis toujours.
overthinking ruminations peur

Quelles sont les conséquences du « trop penser » ?

Les ruminations et pensées envahissantes ne sont pas sans conséquence pour la santé mentale du concerné.

En effet, l’overthinking favorise :

  • Le stress, à plus forte mesure, l’anxiété : chaque pensée négative génère des émotions qui plonge l’individu dans une peur et un état d’alerte constants,
  • Les insomnies, difficultés à trouver le sommeil à force de penser, sommeil non réparateur…
  • La déprime voire dépression, 
  • La peur de l’abandon, qui est à la fois une cause et une conséquence,
  • Un manque de confiance en soi par dévalorisation et doute constant

Si tes pensées te plongent dans un état pathologique (Trouble Anxieux Généralisé, dépression…), je te recommande de consulter à professionnel de la santé. 

Quelques astuces pour canaliser ton mental bouillonnant !

Si tu as tendance à trop penser, sois rassuré ! Il existe un bon nombre de solutions pour canaliser ce dialogue intérieur angoissant. Je t’en livre quelques-unes ici : 

  • Apprendre à détecter lorsque tu rumines : prends conscience de ce à quoi tu penses. Tente de prendre de la hauteur et de t’observer penser. S’il s’agit de regretter un évènement passé ou de t’inquiéter à propos de choses que tu ne peux pas contrôler ; tu rumines. Prendre conscience que ces pensées sont là, et qu’elles ne sont pas productives, est déjà un grand pas en avant.
  • Lorsque tu penses trop et commences à angoisser, trouve une distraction neutre. Te concentrer sur quelque chose qui ne génère pas d’émotions va te permettre de penser à autre chose qu’à tes pensées. Privilégie un support d’attention qui sollicite tes sens (un objet dans la poche, une image, une odeur). L’avantage est que cela est discret !

Si tu penses que les personnes à proximité vont te voir, te juger, analyser tes faits et gestes… il s’agit à nouveau de ton anxiété ! Et si quelqu’un te regarde, rappelle-toi qu’il ne peut pas savoir à quoi tu penses !

  • Dédie-toi un temps de réflexion CONSTRUCTIF. Plutôt que de penser 24h/24, accorde-toi une plage horaire durant laquelle tu t’accordes cette réflexion. Elle doit être constructive. Je t’invite à noter tes pensées pour comprendre ton processus de raisonnement. Tu peux par la suite relire tes notes et souligner ce qui te semble être de la rumination.
  • Apprends-en plus sur toi-même : s’interroger sur l’hypersensibilité peut te permettre de prendre conscience d’une partie de ton mécanisme interne. Ces indications peuvent te « déculpabiliser » ou t’aider à ne pas te sentir « fou ». Une manière d’avoir un peu de compassion pour toi-même et de te détendre.

Pour conclure

La remise en question, le doute et le manque de confiance sont des traits de personnalité communs aux personnes hypersensibles. La manière dont ils perçoivent leur environnement est un facteur supplémentaire dans la rumination mentale. Si tu te sens prisonnier de ton mental, te posant des questions sans réponses, essaie de t’en rendre compte. Je t’invite à prendre de la hauteur, à apprendre à ton mental à se canaliser sur autre chose que tes pensées.

Des « dérives » de l’hypersensibilité, « l’overthinking » est de loin celle qui m’a plus le plus affectée… Saches que je suis passée par là et aujourd’hui, j’ai repris le contrôle de mes pensées. Entamer un processus d’introspection m’a permis de révéler mes peurs. Ainsi, j’arrive désormais à identifier lorsque mes ruminations sont le fruit de celles-ci ! 

Tu souhaites en savoir plus sur ton fonctionnement et découvrir tes outils efficaces et simples à mettre en place pour en finir avec les ruminations ? Rejoins dès maintenant mon atelier Apaiser mon mental envahissant !

Atelier apaiser mon mental envahissant : réorganiser ses pensées et en finir avec les ruminations
Je pense trop : en finir avec les ruminations mentales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
mi, massa commodo ut fringilla venenatis, ut consequat. pulvinar efficitur. ipsum